Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Journée Européenne de la Culture Juive à Soultz

Publié le par Médiathèque de Soultz



Concert. . . avec ABC JAZZ

A la Mediatheque
Jeudi 3 Septembre à 20h15


Robert SCHREINER,
accordéon
Gérard VIAL,
contrebasse
Guy EGLER,
clarinette
Bernard WALDECK,
batterie



Les musiciens d’ABC Jazz proposeront une découverte des musiques traditionnelles juives (musique «Klezmer»), dans une version jazz .
Des compositeurs juifs comme Benny Goodman, George Gershwin ou Vladimir Kosma seront également à l’honneur.
Une soirée chaleureuse en perspective où nous  retrouverons des thèmes bien connus oscillant entre rythmes endiablés et chants mélancoliques.


Réservation Indispensable
(Entrée libre)


Médiathèque de Soultz

7, place de l’Eglise
Tél : 03 89 76 48 46



Exposition
Au Musée du Bucheneck
Dimanche 6 Septembre de 14h à 18h


10ème édition de La Journée de la Culture et du Patrimoine Juif sur le thème : "Fêtes et traditions".

Le musée du Bucheneck proposera dans la salle "Moïse Ginsburger " une exposition de documents, objets et de panneaux illustrés sur les fêtes et traditions juives.



Tarif spécial pour la journée :
 1,50 € l’adulte au lieu de 3 € ;
 gratuit pour l’enfant de 6 à 16 ans


Musée du Bucheneck

Rue Kageneck – 68360 SOULTZ
Tél. : 03.89.76.02.22
 

Publié dans Animations

Partager cet article

Repost 0

Les Racines de la musique Américaine (1)

Publié le par Médiathèque de Soultz

 

(Compte rendu du stage à la BDP, avec Gérard HERZHAFT)

en Jaune les BD disponibles à la Médiathèque


Une histoire des musiques populaires



La musique américaine résulte de la solidarité entre les différentes musiques américaines (blues, country…). Elle est le résultat de cinq siècles de rencontres musicales et orales.



Racines Ethniques

Amérindiens

1492 : Découverte officielle de l’Amérique par Christophe Colomb. Mais l’aventure musicale en Amérique a déjà débuté bien avant… Depuis 30 000 le continent a connu des arrivées successives de peuples venus essentiellement d’Asie (Chine, Thaïlande, steppes…) en passant par le détroit de Béring. Ces peuples apportent avec eux leurs instruments de musique, leurs traditions…usa-cherokee-01.jpg

Cherokees : Indiens de la vallée du Mississipi, convertis très rapidement au christianisme, les Cherokees acquièrent au XVIIe et XVIIIe siècle un statut d’« Indien civilisé » car chrétiens et lettrés. Mais face à la forte demande immobilière, les « Blancs » récupèrent leurs terres et leur donne en échange l’Oklahoma. Ceux qui restent perdent leur statut d’« Indiens » pour devenir des « hommes de couleur ».

note-01.jpg La musique Cherokee a un côté hypnotique que l’on retrouvera dans le blues. Par ailleurs, certains instruments sont des arcs a cordes qui rappellent le banjo.


CD :
- Authentic music of the American Indian (26 titres) /  Anthologies.
9.82 AUT
- Racines (10 titres)  : Chants des Indiens Navajos  /  Diné Spirit
R 9.82 DIN
- Sacred spirit (chants des indiens d'Amérique) (11 titres)  /  Fearsome Brave (The)
R 9.82 IND
- Takini (20 titres)  : Musique et chants des Lakota Sioux d'Amérique du Nord  /  Takini Singers
9.82 TAK
- Native American traditions (19 titres) /  Anthologies
9.82 NAT
- Navajo songs from Canyon de Chelly (13 titres) /  Anthologies
R9.82 NAV

DVD :
Documentaires :
- 500 Nations. Jack Leustig. 1994
- Voyageur. Jean Dulon. 2008

Fictions :
- Danse avec les Loups. Kévin Costner. 2003
- Into the West. Robert Dornhelm. 2006
- Le Nouveau Monde. Terence Malick. 2006
- Le dernier des Mohicans. Michael Mann. 1992





Français
Rappelons que les Français dominent l’Amérique du Nord de la fin du XVIe jusqu’au début du XVIIe siècle (Canada, usa-trapeurs-02.jpgvallée du Mississipi = Louisiane). Au Canada on retrouve des régiments militaires, mais partout ailleurs se sont surtout des trappeurs. Ceux-ci font commerce de fourrures avec les Indiens. Il y a une relativement bonne entente entre eux (il y a très peu de révoltes indiennes). Mais peu à peu la France se désintéresse de ce territoire et c’est l’Angleterre qui progressivement grappille le terrain.

note-01.jpg Les Français apportent le violon, la guimbarde, les chansons de la façade maritime ouest (Picardie,…).

Au XVIIIe siècle, sur toute la façade Est (Canada, Mississipi), les Français sont appelés « Métis » car ils se sont beaucoup mélangés à la population locale. Ils ont un statut de navigateurs, avec le monopole sur la navigation des fleuves, un métier où on chante beaucoup…
voir aussi : Trappeurs francophones
Ecouter : Reel du Voyageur par Antonio Gauthier (1926)
(Bibliothèque et Archives Canadawww.collectionscanada.ca)
CD :
- Les Haricots sont pas salés (22 titres)  /  Anthologies
9.87 HAR
- Travailler c'est trop dur (16 titres)  : Musique cajun de Louisiane  /  Anthologies.
9.87 TRA
- Bal de Maison (17 titres)  /  Bal de Maison
9.87 BAL
- La Femme alligator (15 titres)  /  French Alligators
9.87 FRE
- On est après rouler ! (15 titres)  / Alain Gatay
9.87 GAT
- Cajun, country and blue (12 titres)  / J.J. Reneaux
9.87 REN
- Fish out of water (12 titres)  / Wayne Toups
9.87 TOU

DVD :
Documentaires :

- Voyageur. Jean Dulon. 2008.  [La présence française en Amérique du nord.]

Fictions :
- Le dernier des Mohicans. Michael Mann. 1992
- Dans la brume électrique. Bernard Tavernier. 2009 [L'ambiance des bayous en Louisiane]

Hispaniques
Les Espagnols sont les premiers a explorer le continent, a aménager les premières pistes, établir les premières missions. L’évangélisation est toujours accompagnée de musique.
La Floride et l’Alabama restent espagnoles jusqu’en 1812 ; le Nevada, l’Utah, la Californie, le Texas jusqu’en 1848.

note-01.jpgLes Espagnols apportent la guitare.
Les émigrants viennent essentiellement du sud et de l’Estremadure, régions marquées par les Arabes, les Maures. Ils sont fortement influencés musicalement par ces peuples.
   

 Lydia Mendoza (1916-2007)

"Mal Hombre"

 


DVD :
- Mission. Rolland Joffé. 1984. [le film se situe en Amérique du Sud]


Anglais
Arrivés tardivement (surtout à partir du XVIIe siècle). Ils se positionnent d’abord dans les comptoirs (Boston…), puis créent 13 colonies (côte Est). Y sont envoyés prostituées, criminels, sectes religieuses… L’installation est vue comme le prolongement des colonies de la Jamaïque et des Barbades. La colonisation est très militaire, avec l’idée de conquérir tout le territoire.

note-01.jpgLes Anglais apportent les orchestres militaires et les ballades anglaises . Ils donneront des cours de piano à la bourgeoisie des villes.

En fait l’influence anglaise n’est pas aussi importante que l’on pourrait croire. L’Amérique s’est construite contre l’Angleterre, d’ailleurs il n’y avait pas beaucoup d’Anglais (il y avait plus d’Allemands, Irlandais…).

DVD :
- Le Nouveau Monde. Terence Malick. 2006
- Le dernier des Mohicans. Michael Mann. 1992



Celtiques
Dans le sud (Caroline, Virginie…) se développe la culture de la canne à sucre, celle du coton. Les premiers ouvriers sont indiens, mais par peur des révoltes on fait appel aux Irlandais, aux Ecossais, considérés alors comme des « sous-hommes » anglais. Ils sont engagés pour des contrats de 7 ans (voyage payé, mais pas de salaire pendant 7 ans, puis droit à un lopin de terre). Dans les années 1720 ces régions connaissent de nombreuses révoltes qui préfigurent les guerres d’indépendance. Finalement, ils obtiennent des terres très isolées dans les montagnes des Appalaches.

note-01.jpg Les Irlandais apportent le violon (facilement transportable). Ils donnent naissance à la country music, dont la base celtique est très importante.

2ème vague d’immigration celtique : au moment de la guerre d’Indépendance
3ème vague : lors de la grande famine irlandaise (ils partent pour les USA, La Nouvelle Zélande, l’Australie)

note-01.jpg la musique celtique des Etats Unis d’Amérique se mélange à celle d’autres ethnies (Italiens, « Noirs »…). Cette musique revient en Irlande au moment de l’indépendance irlandaise grâce aux Etats-Unis. En effet la musique celtique avait presque disparu d’Irlande car interdite depuis le XIXe siècle.
En Europe la musique populaire n’est pas enregistrée car considéré comme de la sous-musique. Les USA au contraire vont largement l’enregistrer, mais cette musique populaire va être influencée par les autres communautés.

DVD :
- Gangs of New York. Martin Scorsese. 2002

Africains
Un fois les Irlandais et les Ecossais libérés de leur servage, les plantations ont toujours besoin de main-d’œuvre. On fait d’abord appel à des engagés volontaires puis on se tourne vers l’esclavage africain (Angola, Congo…). Dans un même bateau sont embarqués des africains de différents pays (moins de risque de révolte). Même lorsqu’il n’y a plus de trafic d’esclave, l’esclavage reste toléré dans le sud des Etats Unis (politique des naissances). Les esclaves passent par les Antilles où ils apprennent à vivre dans les plantations. Se sont leurs enfants qui sont vendus aux Etats Unis.

note-01.jpgIl y a une sensibilité africaine dans la musique américaine (pas d’un seul pays)
Plus tard les Noirs investissent le « Swing » (bat le tempo à contre-temps, ce qui donne un balancement). C’est un succès car c’est très sensuel, corporel. D’après les psychanalystes c’est une musique qui donne l’impression d’être libre.

DVD :
Documentaire :
- The Blues : Du Mali au Mississipi. Martin Scorsese. 2003
- The Blues : The Soul of a man. Wim Wenders. 2003
- The Blues : Godfathers and sons. Marc Levin. 2003

Fiction :
- Autant en emporte le vent. Victor Fleming. 1939.
- Little Sénégal. Rachid Bouchareb. 2001



Germaniques
Se sont surtout des personnes appartenant à des sectes religieuses qui viennent en Amérique, car souvent persécutés en Europe ou à la recherche d’une « Terre promise ».

note-01.jpgLes Allemands apportent au XIXe siècle l’accordéon (aux USA et au nord du Mexique), et les chorales d’hommes.

Balkans (Grecs, Turcs)
Au XVe siècle, la Grèce est conquise par les Turcs. L’Empire Ottoman est alors très tolérant : c’est un grand mélange d’ethnies. Avec la défaite de la bataille de Lépante (1571), les marins turcs pris par les Espagnols sont envoyés aux USA. Ils vont se mêler aux Indiens Cherokee. Actuellement, on pense qu’il y aurait 2 millions de descendants de ces turcs.
Grecs : Arrivent aux USA par vagues successives lors des invasions turques, puis lors des mouvement d’indépendance.

note-01.jpg Les Grecs apportent le chant grec de résistance (difficulté de la vie, contre les occupants turcs…)



Klezmer
Au XIXe siècle, les Juifs d’Europe centrale fuient les persécutions de l’Empire russe. En effet, les juifs sont parqués dans des zones appelées Yiddishland, ont moins de libertés, paient des impôts spéciaux…

note-01.jpgDu point de vue musical, il y a un développement de la tradition Klezmer (« le musicien », mais aussi le «minable», le « errant »).

Les Juifs se fixent principalement dans la région de New York. Les musiciens juifs deviennent rapidement réputés.
Actuellement, il est difficile de savoir ce qu’était la musique Yddish à l’origine car ce qu’il nous reste, c’est la musique klezmer américaine, or elle a connu diverses influences, notamment avec la musique noire…
CD :
- The Soul of Klezmer : rêve & Passion  /  Anthologies.
9.081 SOU
- Un Mariage sans mariée  = Wedding without a bride  /  Budowitz
9.081 BUD
- Klezmer à la Russe (18 titres)  : Musiques Juives dEurope orientale  /  Kasbek
9.081 KAS
- Daïssa (14 titres) / La Kumpania Zelwer
9.081 KUM
- Klezmer : live in the Fiddler's house (15 titres)  / Itzhak Perlman
R 9.081 PER


usa-slave-Pawlo-Humeniuk-01.jpg
Slaves
Les Slaves arrivent plus tard, à la fin du XIXe siècle, avec l’ouverture de mines de charbon qui entraînent problèmes politiques et persécution des Russes…

note-01.jpg La musique slave a beaucoup de succès (ex : disque « Ukrainien Wedding »de Pawlo Humeniuk, vendu à 100 000 exemplaires, 1927)
Italiens
Les Italiens arrivent à la fin du XIXe siècle avec la crise italienne, la misère, la famine. Ils viennent surtout du sud et de Sicile.

note-01.jpgLes Italiens apportent la mandoline, la « canzione » du sud : avec ses cronners (Frank Sinatra, Dean Martin…)
 Franck Sinatra et Dean Martin 1957
 

 Dean Martin, 1964

"Everybody Loves Somebody", "Volare","On A Evening in Roma", "You're Nobody Till Somebody Loves You"

 
CD :
- Frank Sinatra & friends (21 titres)  / Frank Sinatra
R 1.3 SIN
- Jazz !!! (23 titres)  / Frank Sinatra
1.3 SIN
- Sinatra & company (14 titres)  / Frank Sinatra
R 1.3 SIN,
- Best of the 50's (15 titres)  /  Anthologies : The Door Is Still Open To Your Heart  / Dean· Martin.
2.0 BES
- Hits for ever (31 titres)  /  Anthologies : Rio Bravo  / Dean· Martin.
2.0 HIT

DVD :
- Gangs of New York. Martin Scorsese. 2002

Livre :
- Histoire de Frank  / Eric Neuhoff. Arles : Fayard, 2003. Biographie deFrank Sinatra


Hawaii
Archipel indépendant au XIXe siècle, découvert au XVIIIe par R. Cook, il s’y développe une culture moderne. Pour mettre en valeur les terres intérieures, les premiers explorateurs apportent des bovins (qui se reproduisent trop et se répandent dans la nature…). Pour s’en occuper, on fait venir des vaqueros mexicains, qui apporteront avec eux la musique mexicaine.

note-01.jpg La musique est plutôt orientée vers le monde sacré et l’imaginaire, elle s’inspire de l’océan (vagues, bruits de conques…).

La guitare est un bon instrument pour imiter le bruits des vagues, mais ils vont retravailler l’instrument (slide guitar). La musique hawaiienne influencera fortement le blues…
Jusqu’aux années 1920, les disques hawaiiens sont les plus vendus aux USA





Consulter :
HERZHAFT Gérard. Americana : Histoire des musiques d’Amérique du Nord. Fayard : 2005.

Voir : Les Racines de la musique Américaine (2)


Télécharger l'article complet

Publié dans Découvrir...

Partager cet article

Repost 0

Les Racines de la musique Américaine (2)

Publié le par Médiathèque de Soultz

(Compte rendu du stage à la BDP, avec Gérard HERZHAFT)


en Jaune les BD disponibles à la Médiathèque




Racines Sociales

Religieuses

Toute une partie de la vie nord américaine est basée sur les religions protestantes (Mormons, Quakers, Méthodistes…).

note 01Les Méthodistes se concentrent dans le sud et à l’ouest. Leur enseignement se fait beaucoup à travers les chansons. Ils prennent des chants simples et les modifient par des morales.
La totalité de la musique populaire américaine est basée sur les enseignements méthodistes (blues, country, gospel…). Par exemple le blues raconte une histoire, puis à la fin il y a une chute (ce qui rappelle les chants moraux méthodistes)

 




Ballade britanniques
note 01 Lorsque le Sud perd la guerre de Sécession, il s’enferme dans ses traditions. En musique, se seront les ballades britanniques, caractérisées par leur manque de rythme. Ces chansons évolueront grâce aux influences des autres cultures.

 




Le Chemin de fer

L’unification des Etats-Unis s’est faite en partie grâce au chemin de fer. Ce sont principalement les Chinois et les Irlandais qui y travaillent.
usa-chinois-sierra-nevada.jpg
note 01 Les Chinois apportent avec eux la tradition de l’Opéra de Canton, sorte de music-hall populaire. Il se répand dans l’Ouest américain et canadien dès 1852. Le succès est au rendez-vous auprès des immigrés, mais aussi auprès des autres communautés. Se forment alors des troupes sino-américaines.
Les Chinois apportent de nombreux instrument de la Chine du Sud (guzhen, guchin, zanghu…). La musique chinoise du sud, avec les gammes pentatoniques est très proche des musiques amérindiennes et noires américaines. Elles seront adaptées par des artistes folk pour le fiddle, banjo ou l’harmonica. Puis se fondront la musique populaire américaine ou dans le jazz.

CD :
- The Singing brakeman (24 titres)  / Jimmie Rodgers (1897-1933)
9.86 ROD

 





Mines

Les montagnes des Appalaches sont longtemps restée isolées, jusqu’à la fin du XIXe siècle. Avec l’ouverture de mines de charbons et la création de nouvelles routes, l’immigration se développe. On vient des vallées, mais aussi d’Europe. La mythologie de la mine se crée, notamment dans les paroles des chansons.

 




Marches vers l’Ouest

note 01Avec la conquête de l’Ouest, les pionniers apportent des instruments faciles à transporter : guitare à une corde, harmonica, violon… Il se crée une musique populaire, dont le répertoire comporte environ 200 chansons. Ce sont surtout des chansons britanniques dont on change les paroles. Ces chansons sont diffusées par les journaux.

 




Travaux agricoles / Prisons

note 01 usa-champs-coton.jpgLes premières chansons populaires des Noirs se sont créées dans les plantations. En fait, c’est une forme de surveillance : ils sont obligés de chanter pour marquer leur présence. Une personne chante, les autres répondent.L'idée sera reprise par les pénitenciers.


CD :
- O'brother, where art thou ? / Bande originale de Film
6.1 OBR

DVD :
- O’Brother. Ethan et Joel Coen. 2000


 

 

 

 

"Steal Away"ses paroles disaient «  je ne resterais pas longtemps ici (dans les champs de coton) » - Mahalia Jackson et Nat King Cole 1957

   "Song from a Cotton Field" - Bessie Brown 1920
 
     

 Negro Prison Songs "Rosie" 1947

Mississippi State Penitenciary

   Work song in Texas Prison
 

 

 


Protest songs

note 01Dès le départ, c’est au travers des chansons que l’on critique les Anglais… Lors de la guerre de Sécession les chansons servent à nouveau à traduire les mécontentements, puis c’est au tour du monde du travail de s’emparer de cet « outil », notamment dans les milieux syndiqués.


CD :
- American Folk Songs (20 titres)  / Woody Guthrie (1912-1967) et Pete Seeger
9.86 GUT



Almanach Singers





Racines Commerciales, les premiers « musiciens professionnels »

Guitar Evangelists

note 01Dans le Sud, les premiers à gagner leur vie par la chanson sont les Noirs considérés comme inutiles (aveugles, invalides…). Ils sont  métayers et doivent donner 95% de leurs recettes à leur propriétaire. Ils chantent contre de l’argent, essentiellement des chants méthodistes, avec une morale. Se sont les premiers chants religieux solo. Certains gagnent beaucoup d’argent et sont même invités par les congrégations…

"Steal Away" Révérand Pearly Brown  
 

Songsters
note 01 Se sont des « chansonniers » qui colportent des chansons. Ils sont à 80% Noirs et 20% Blancs, et  vont là où ils savent qu’ils pourront être payés, les campements d’ouvriers par exemple. Dans les années 1960, ils ont connu un regain d’intérêt, certains étaient encore vivants et ont refait carrière à le moment-là.


CD :
- Charley Patton (36 titres)  / Charley Patton (1881-1934).
1.1 BDB
- Robert Johnson (40 titres)  / Robert Johnson (1911-1938)
1.1 BDB
- Sonny Terry & Brownie McGhee (40 titres)  / Sonny, Brownie McGhee
1.1 BDB

DVD :
- The Blues : The Soul of a man. Wim Wenders. 2003




Des Spirituals au Gospel

note 01 Chorale religieuse, le Gospel blanc est moins rythmé que le Gospel noir. Des chorales de Gospel faisaient des spectacles évangéliques ambulants, profitant de l’occasion pour vendre des partitions, des bibles…


CD :
- A gospel story (44 titres)  /  Anthologies.
1.2 BDB
- L'Ame du Gospel (26 titres)  /  Anthologies
1.2 AME
- Gospel 1937-1941 (18+18 titres)  /  Golden Gate Quartet (The)
1.2 GOL
- Queen of Gospel (21 titres)  / Mahalia Jackson
1.2 JAC
- Uncloudy day (16 titres) /  Staple Singers (The)
1.2  STA


DVD :
- La couleur Pourpre. Steven Spielberg.

 

 

 Mississipi, 1968
   "Trouble of the World" - Mahalia Jackson
 
     
 1960, Mahalia Jackson
   "Wings of Faith" 1950, Révérend C.L. Franklin
 

 

 


Ragtime

Pendant 300 ans, le monde des Antilles et celui des plantation du Sud des USA est similaire : il n’y a pas de barrière, de nombreux échanges se font.

note 01A la fin du XIXe siècle tous les salons de la bourgeoisie possèdent un piano. On y joue du ragtime car c’est une musique très rythmée. Le ragtime est dérivé du jazz et s’est épanoui entre 1890-1900. Le principal compositeur de ragtime est Scott Joplin (1868-1917).

CD :
Vingt-cinq géants du jazz (enregistrements historiques) (22 titres)  /  Anthologies : Scott Joplin

Partitions :
- Piano bar volume 3 (30 morceaux)  /  Anthologies : 7 morceaux de Scott Joplin.

 

 

 

Scott Jolin "The Entertainer" 1902  
 

 


Vaudeville & Blackface

note 01usa-blackface-01.jpgAprès la Guerre de Sécession, les Etats-Unis connaissent un boom économique, surtout dans le Nord. Les américains ont de l’argent, pour se divertir ils vont voir les « vaudevilles ». Le terme a un autre sens que celui que l’on lui attribue en France. Se sont des pièces comiques ou dramatiques, où l’on chante, on joue de la musique, on joue des faits divers… Le spectacle est quasiment ouvert 24 heures sur 24.
Pour les « blackfaces » les acteurs et musiciens se peignent le visage en noir, pour jouer le « Noir » et se permettre de critiquer… De plus en plus de vrais Noirs sont engagés pour ces représentations.
Les premiers films et les comédies musicales sont les descendants de ces spectacles.

 




Medecine Shows

note 01Les Medecine Shows pourraient être assimilés à des théâtres ambulants. Se sont des rebouteux ou médecins qui pour mieux vendre leurs remèdes et attirer les clients font un petit spectacle (sketches, musiques, chants…).
Ce sont des sorte de petits Vaudevilles,  mais plus courts, avec une troupe plus réduite. Dans les territoires isolés, ce sont souvent les seuls spectacles professionnels qui s’y produisent. La quasi totalité des premiers chanteurs de blues ont appris les ficelles du métier dans ce genre de représentation.

 




Consulter :
HERZHAFT Gérard. Americana : Histoire des musiques d’Amérique du Nord. Fayard : 2005.

Voir : Les Racines de la musique Américaine (1)


Télécharger l'article complet

Publié dans Découvrir...

Partager cet article

Repost 0